Coco, l’huile merveilleuse (2)

coconut-174666_1280

Chose promise, chose due. Il aura fallu quelques mois mais voici enfin la deuxième partie de mon ‘dossier’ huile de coco : la partie gourmande.

Ce qui m’a donné l’impulsion pour l’écrire c’est une info que j’ai lue aujourd’hui et qui m’a presque fait tomber de ma chaise.

L’huile de coco au secours du cerveau ?

Accrochez-vous, il semblerait que l’huile de coco puisse soulager les symptômes de la maladie d’Alzheimer. Rien que ça !

En tous cas c’est ce qu’affirme le docteur Mary Newport depuis 7 ans et c’est ce qui l’a poussé à écrire un livre publié l’an dernier en France sous le titre  « Maladie d’Alzheimer, et s’il existait un traitement ? ». Ce médecin américain a vu son époux, Steve, être atteint à la cinquantaine d’une forme précoce de la maladie d’Alzheimer. Une catastrophe quand on sait que les médicaments anti Alzheimer sont quasi-inutiles (ce n’est pas moi qui le dit, c’est la radio publique : écoutez cet épisode édifiant du magazine de la rédaction de France Inter, Interception daté du 11 janvier 2015 ici ou )

Pourtant Mary Newport, en bon médecin mettait tous ses espoirs dans la recherche et souhaitait que son mari intègre un essai clinique. Doutant du choix de l’essai clinique idéal pour lui, elle se met à faire des recherches sur Internet. C’est là qu’elle découvre une nouvelle étude qui bouscule les idées reçues sur les causes d’Alzheimer : le cerveau des malades d’Alzheimer serait atteint d’une sorte de diabète de type 3, une résistance à l’insuline qui l’empêche d’utiliser le sucre comme carburant. Hors il se trouve que le cerveau a la capacité d’utiliser un carburant alternatif : les cétones fabriquées par le foie à partir des acides gras, notamment à partir des acides gras saturés à chaine moyenne. Ceux-là même qui sont présents à plus de 90% dans l’huile de coco.

Partant du principe que ça ne pouvait pas lui faire de mal, Mary Newport a donc commencé à donner à son mari 2 cuillères à soupe d’huile le coco le matin avant d’augmenter progressivement. Elle recommande maintenant 4 à 6 cuillères à soupe réparties dans la journée.

Au fil des semaines elle a constaté les effets positifs de l’huile de coco sur la mémoire et sur les troubles du comportement de son mari et cette amélioration s’est poursuivie dans le temps. Après 7 ans, elle considère que l’évolution de la maladie à long terme, sans avoir été interrompue, a été nettement ralentie.

Selon Mary Newport, l’huile de coco pourrait non seulement soulager les symptômes d’Alzheimer chez certains malades, mais également prévenir la survenue de la maladie chez les personnes à risque car le ‘diabète’ du cerveau semble survenir bien avant les premiers symptômes de la maladie.

C’est aussi bon pour les papilles

Au-delà de ces bienfaits éventuels, il est prouvé que l’huile de coco a d’autres propriétés grâce à l’acide laurique dont elle est constituée pour moitié : elle est anti-bactérienne et anti-candida.

De plus l’huile de coco est un acide gras saturé, comme les graisses animales ce qui en fait une des graisses les plus stables à la cuisson. En fait c’est LA graisse la plus stable à la cuisson. À condition de ne pas la faire fumer vous pouvez tout faire avec. Bon, je ne vous la recommande pas pour faire cuire un steak (beurk!), mais pour faire sauter des crevettes ou du poulet avec des légumes dans un wok— avec ou sans curry thaï et lait de coco — je dis oui, oui, oui !

Moi je l’utilise aussi pour rôtir des légumes au four. Son arôme exotique se marie particulièrement bien avec les légumes un peu sucrés comme la patate douce ou la courge butternut.

Légumes rôtis au four à l’huile de coco

©Magreenlife.com

©Magreenlife.com

Epluchez et coupez en quartiers une grosse patate douce, (et/ou deux pommes de terre), une demi courge butternut, deux grosses carottes, un oignon.

 Placez les dans un plat allant au four, arrosez de deux cuillères à soupe d’huile de coco et remuez bien pour enrober les légumes.

Salez, poivrez, émiettez du thym ou des graines de coriandre concassé et mettez à four chaud (180°C) pendant une demi-heure minimum en remuant régulièrement.

Il faut savoir que l’huile de coco est figée à température ambiante, comme du beurre, et ne fond qu’à 25°C environ. Vous pouvez donc l’utiliser à la place du beurre dans la pâtisserie, pour un crumble de fruits exotiques ou un fond de tarte sablé par exemple, à condition de ne pas trop la travailler avec les mains. En plein été dans le sud de la France c’est mission impossible (et je sais de quoi je parle). Bon, je ne vous cache pas qu’à 9 euros les 500g environ ça fait un peu cher la tartelette. Mais si on cherche vraiment à en mettre le plus possible dans son alimentation et si on est allergique au lactose, pourquoi pas ?

Evidemment c’est une matière grasse aussi calorique que les autres donc il vaut mieux limiter les apports en sucres et lipides autres que l’huile de coco si on compte en introduire de grosses quantités dans son alimentation (les 4 cuillères à soupe recommandées par jour apportent presque 400 calories). Ceci dit, pour optimiser les effets positifs de l’huile de coco sur le cerveau, Mary Newport conseille de lui associer des Oméga 3, par exemple en se supplémentant en huiles de poisson ou en consommer beaucoup de poissons gras.

Pour finir, j’ai testé hier une association aussi surprenante que délicieuse : huile de coco/betterave.

Carpaccio betterave-coco

beetroot-687251_1280

Passez une petite betterave à la mandoline pour obtenir de très fines tranches.

Faites les mariner ½ heure à température ambiante dans une émulsion d’huile de coco et de vinaigre de framboise (ne les faites pas baigner dedans, chaque tranche doit juste être légèrement enrobée).

Servez à température ambiante sinon l’huile fige et c’est pas très joli. Surprise des papilles garantie pour une entrée inédite, et pourquoi pas, soyons fou, carrément en dessert !

Coco, l’huile merveilleuse (1)

Planche cocoÀ la demande générale (oui Sophie G, tu es la demande générale), je vais vous parler de l’huile de noix de coco, cette merveille de la nature dont la seule évocation en ce mois de février particulièrement glacial nous réchauffe déjà… Humm, tropiques, alizés, sable fin, et lagons bleus… Allez, on arrête de rêver, on n’est pas là pour parler voyage, mais cuisine et cosmétique.

L’huile de coco c’est quoi d’abord ?

Extraite de la pulpe pressée à froid de la noix de coco, l’huile de coco doit dégager un parfum de noix de coco appétissant. Bio et issue du commerce équitable c’est toujours mieux, hein…

Sa composition est remarquable pour sa richesse en acides gras saturés : 86 % dont 7% d’acide caprilique et 44,5% d’acide laurique. L’acide laurique a des propriétés anti-bactérienne, anti-virale et anti-fongique, et l’acide caprylique est efficace contre le candida albican ou le staphylocoque doré. Du coup l’huile de coco a des tonnes d’application, en cosmétique comme en cuisine. Ce premier post sera consacré aux applications beauté :

Pourquoi c’est bon pour vous ?

En fait, c’est un produit qui coûte relativement peu cher et qui est tellement utile que si vous voulez partir en vacances en mode « light » vous en mettrez un pot dans votre trousse de toilette à la place de vos crèmes pour le corps, après shampoing, après soleil, et autre huiles «prodigieuses»…

Pour commencer cette partie cosméto de l’huile de coco, voici ma recette de gommage maison au café et à l’huile de coco inspirée par les créations de la marque de cosmétiques australienne, Frankbody (je connaissais les gommages au café, mais je n’avais jamais pensé à y incorporer de l’huile de coco).

Gommage corps coco-café ©Magreenlife.com

Gommage corps coco-café ©Magreenlife.com

Gommage au café et à l’huile de coco

Dans un grand bol, mélangez

-3 c à s de café moulu (récupérez celui de votre café du matin si vous voulez faire des économies)

-2 c à s d’huile de coco

-1 c à soupe de sucre en poudre

Avant la douche (mais dedans, sinon vous en mettrez partout) massez vous le corps avec ce mélange en insistant sur les parties rugueuses et les pieds. Vous pouvez (très) délicatement masser le décolleté et même le visage. Laissez agir quelques minutes si vous avez le temps, puis rincez soigneusement — sans vous savonner si vous avez la peau très sèche. Normalement après ce traitement vous aurez la peau douce comme de la pulpe de coco fraiche ! (Et il parait que ça aide à éliminer la cellulite et les cicatrices, mais là je ne garantis rien…)

L’huile de coco fait également des merveilles :

  • En masque avant shampoing sur cheveux très abîmés
  • En application quotidienne sur les cheveux crépus ou frisés
  • En traitement anti poux (voir ci-dessous)
  • Sur la peau du corps et du visage asséchés
  • En bain de bouche (!? si, si je vous explique plus bas)
  • En huile de massage bien sûr …

Selon une étude réalisée en Inde en 2003, l’huile de coco a une grande affinité avec les protéines du cheveu et un poids moléculaire très léger ce qui lui permet de pénétrer la fibre capillaire bien plus facilement que les huiles minérales (vade rétro !) ou de tournesol, par exemple. En plus de vous faire les cheveux tous doux, elle fait un traitement anti-poux très agréable et au moins aussi efficace que les machins toxiques qu’on trouve en pharmacie.

Traitement anti-poux familial bio (testé et vraiment approuvé !)

-Dans un bol faites fondre 2 c à s d’huile de coco au bain marie. Ajoutez 4 gouttes d’huile essentielle de lavande et mélangez bien.

-Le soir, avec un peigne et après avoir fait un premier ramassage de bestioles au peigne anti-poux, répartissez bien l’huile de coco sur le cuir chevelu et les cheveux (si vous ou votre enfant avez une chevelure épaisse ou frisée adaptez les doses et armez-vous de courage!)

-Emballez dans un bonnet de douche si possible et gardez toute la nuit.

Le lendemain matin passez d’abord la chevelure au peigne fin spécial poux pour décrocher poux morts et lentes puis lavez avec un shampoing normal ou un shampoing « des écoles » aux huiles essentielles anti-poux (en magasin bio)

Recommencez le traitement une semaine plus tard pour éliminer les éventuels survivants.

En bain de bouche ? Eh oui, ça existe. La mode du bain de bouche à l’huile nous viendrait d’Inde (en passant par les gourous de la forme made in USA). L’huile de coco étant anti-bactérienne elle est plébiscitée par les pratiquants de cette étrange routine matinale. Le bain de bouche à l’huile assurerait semble t’il hygiène buccale parfaite, dents plus blanche et haleine fraîche en prime. Là, autant vous le dire tout de suite, je crois que je vais passer mon tour. à priori je ne suis pas contre l’idée hein, mais le mode opératoire est, comment dire, un brin contraignant. Voyez plutôt :

Le matin à jeun, prendre l’équivalent d’une cuillère à soupe d’huile de coco et la laisser fondre dans la bouche. La faire passer entre les dents par un savant jeu de succion expulsion (tout ça la bouche fermée évidemment). Continuer pendant 20 mn avant de recracher et de vous laver les dents !

Inutile de vous dire qu’entre les 20 minutes de yoga auxquelles j’essaye de m’astreindre chaque matin, et le réveil de mon fils à 7h30, je ne vais pas me lever à 6h40 du matin pour me faire un bain de bouche ! À ceux qui me suggéreraient de faire mon bain de bouche et mon yoga en même temps je propose d’essayer la position du chien tête en bas avec de l’huile dans la bouche et de me raconter. (ceci dit… un petit lavage des sinus à l’huile de coco anti-bactérienne…faut voir.) Mais si vous avez tenté l’expérience, je veux tout savoir !

Le parfum de l’huile de coco vous a certainement ouvert l’appétit, alors gardez en un peu pour le prochain post. Je vous expliquerai pourquoi elle fait aussi du bien à l’intérieur et comment l’utiliser en version sucrée ou salée. D’ici là, faites comme moi, achetez un maxi pot et divisez-le en deux : une moitié dans la salle de bain, l’autre dans la cuisine.

Au fait : Pour savoir si l’été est arrivé  regardez votre bocal d’huile de coco. Elle se liquéfie ? Bonne nouvelle, il fait au moins 25°C , vous pouvez sortir !

Un amour de sarrasin

Kacha

Kacha

Je l’aime celui-là, c’est plus fort que moi. Quand mon frigo et mon imagination sont aussi déserts l’un que l’autre, c’est toujours vers lui que je reviens. En farine quand je manque de temps, ou en version kacha (sarrasin grillé, plus goûteux) si j’ai envie de me mettre aux fourneaux.

Le sarrasin c’est quoi d’abord ?

Pseudo céréale de la famille des polygonacées (et non des graminées comme le blé), c’est une plante particulièrement facile à cultiver sur sols pauvres. D’où son succès international depuis 3000 ans. Les Japonais sont les premiers à avoir compris son intérêt nutritionnel et gustatif (les nouilles soba sont des nouilles de sarrasin), suivis des Russes qui l’ont importé en Europe de l’Est.

Le sarrasin est riche en nutriments, antioxydants, protéines. Il est exempt de gluten, bien sûr, et il semblerait qu’il ait des propriétés probiotiques. Pour en savoir plus, c’est sur Passeport santé que ça se passe.

Version farine

En cuisine donc, j’utilise la farine de sarrasin pour faire … vous l’aurez deviné : les fameuses galettes de blé noir bretonnes.

Niveau pratique sachez que la galette bretonne est l’alternative rêvée à la pizza si vous avez des gremlins à la maison. Quel petit monstre peut résister à la phrase « qui veut des crêpes ce soir ? ». Bon, il reste juste à faire passer subtilement l’info qu’elles sont salées mais qu’on peut mettre TOUT ce qu’on veut dedans : Kiri – ou brousse – sauce tomate, légumes verts (si, si, les épinards mélangés au fromage et bien cachés dans la crêpe passent comme une lettre à la poste), champignons, jambon, œufs, saucisse, andouille de Guémené… bon là je m’égare, les enfants vont faire la grimace (pourtant qu’est ce que c’est bon).

Pour une version épurée (ou version super flemme, j’avoue…), la galette bretonne de base avec juste du beurre salé est aussi un régal :

La Galette Bretonne de base.

Ingrédients :

-eau (50cl environ)

-farine de sarrasin (250gr)

-sel gris de Guérande (ou d’ailleurs, mais de Guérande c’est meilleur)

-1 œuf (optionnel : les puristes n’en mettent pas mais ça aide à lier la pâte et à décoller la crêpe

Mettre 250 gr de farine dans un cul de poule. Ajoutez une grosse pincée de sel gris de Guérande. Ajoutez l’oeuf si vous avez opté pour sa présence. Mélangez bien avec une cuillère en bois. Versez l’eau petit à petit en mélangeant toujours jusqu’à obtenir une consistance liquide de pâte à crêpes. Mélangez vigoureusement en soulevant l’appareil (certains le font à la main !).

Laissez reposer (ou pas si vous êtes pressés).

Huilez la crêpière avec un mélange de beurre fondu et d’huile.

Quand elle est bien chaude faites cuire votre crêpe sur une face. Quand elle peut se décoller et que l’arrière est bien doré, elle est prête. Il ne vous reste plus qu’à :

  • soit y ajouter les ingrédients choisis, puis plier en quatre
  • soit plier en quatre et ajouter un beau morceau de beurre salé dessus.

Avec une salade c’est une repas complet et délicieux !

La farine de sarrasin n’est pas idéale pour faire du pain ou des gâteaux, à moins d’être mélangée à de la farine de blé. Par contre on peut en faire des blinis, parfaits pour accompagner du saumon pour un brunch.

En cherchant bien, je suis tombée sur cette recette de gnocchis à la farine de sarrasin qui ravira les intolérants au gluten.

Version Kacha

Il est peu connu en France (j’avoue que je l’ai découvert dans un magasin bio en Californie!), pourtant c’est une super alternative au trio riz-pâtes-couscous (ou riz-millet-quinoa pour les intolérants au gluten) en tant qu’accompagnement ou même en plat complet. On le fait d’abord cuire à l’eau ou au bouillon, puis on lui incorpore légumes, herbes, noix grillées… Rebecca Leffler a créé une recette de kacha aux champignons et pesto de persil à tomber ! A retrouver dans son livre de recettes Green Glam et Gourmandes.

Yummy ! comme dirait Adrienne ❤ ma prof de Yoga virtuelle

Chia : la petite graine qui monte

photo chia

©Ma GreenLife

Une graine de chia c’est quoi d’abord?

Le Chia est une plante de la famille des lamiaceae, et du genre salvia – comme la sauge. Cultivée pour ses graines, elle faisait partie de l’alimentation de base des aztèques. Entre le quinoa, le cacao et le chia ceux-ci avaient décidément de très bonnes habitudes alimentaires (malheureusement ils aimaient un peu trop les sacrifices humains pour servir de modèles de nos jours).

Qualifié de super aliment, la graine de chia possède en effet un intérêt nutritionnel véritable.

2 c à s de graines de chia apportent à l’organisme 3,70 gr d’Acide Alpha Linoléique ( Oméga 3 – les apports journaliers recommandés par l’OMS sont de 1,1gr/jour). Elles contiennent également de l’Acide Gama Linoléique (Oméga 6).

La graine de chia est également riche en fibres et elle a une propriété extraordinaire pour ce qui est de son utilisation : elle est mucilagineuse.

Mucila-quoi? Plongée dans un liquide son enveloppe se dissout pour former une sorte de gel visqueux (la graine de lin entre autres a les mêmes propriétés, je vous en reparlerai).

Le breakfast parfait !

Bref, cette propriété en fait l’alliée par excellence d’un petit déjeuner sain et sans gluten.

Les graines de chia ont un goût très léger et assez indéfinissable, donc autant vous prévenir tout de suite : si vous comptez les diluer dans l’eau et les manger nature vous jetterez vite votre sac de graines à la poubelle (ce qui serait une folie, surtout vu leur prix!)

Je vous conseille de verser 2 c à s de graines de chia dans un bol, d’arroser de lait d’amande, de soja, de riz ou de ce que vous préférez (le lait millet-amande-noisette est à tomber!). Laissez reposer 10mn environ, remuez, rajoutez un peu de liquide si vous le souhaitez, puis agrémentez d’extrait de vanille ou de cannelle en poudre, de fruits frais de saison, de noix de votre choix, de graines… Vous pouvez rallonger le temps de pause, par contre mettez toujours le liquide en deux temps si vous ne voulez pas un résultat trop sec.

Ici, pour un petit déjeuner de septembre aussi smart que glam j’ai misé sur la figue, la noix du brésil, la spiruline et le citron (toujours les associer ces deux-là). OK c’est un peu vert, mais c’est très bon : la figue fraiche apporte de l’énergie et des antioxydants (surtout avec sa peau), une noix du brésil apporte à elle seule les AJR recommandés en sélénium, la spiruline, associée à la vitamine C du citron vous aide à faire le plein de fer et à recharger les batteries.

Enjoy !